Général Pierre Semengue (Président de la LFPC) : « Peut-être que je serai candidat »

Tout est fin prêt pour les play-offs qui débutent ce dimanche 12 mai 2019 dans les villes de Yaoundé et Limbé. C’est ce qui ressort de l’entretien spécial que nous a accordé le président de la LFPC. Dans son verbe habituel, le Général Pierre Semengue n’est pas allé du dos de la cuillère pour évoquer les sujets importants qui touchent à sa gestion de l’instance dont il a la charge, en passant par les relations conflictuelles avec la Fecafoot et la situation du football camerounais dans sa généralité. Entre crises multiformes et volonté d’une organisation futuriste de la ligue de football professionnel, Pierre Semengue se positionne comme l’une des personnes qui détiendraient la formule miracle pour sortir les championnats dits professionnels, de l’obscurantisme dans lequel ils baignent. Dans un calme soutenu d’un verbe accrocheur, il est sans doute évident qu’il a la maîtrise de la situation, et ce n’est pas l’expérience et les stratégies qui lui manquent pour faire face aux multiples crises que connaît la LFPC.

Comment avez-vous trouvé la nouvelle formule appliquée cette saison dans les championnats professionnels ?

« J’ai trouvé que c’était formidable. Je me demande si on ne doit pas faire un sondage à cet effet car j’ai trouvé les matchs plus engagés, et peut être on pourra adopter   cette formule. Cela sera proposé à l’Assemblée Générale »

Quel commentaire faites-vous du déroulement du championnat qui a débuté avec beaucoup de difficultés ?

« Le championnat a démarré malgré les difficultés, les deux parties qu’on avait prévu ont déjà vu première achevée et il reste la deuxième qui va débuter le 12 mai. Le conseil d’administration qui s’est tenu le 31 Avril a entériné la première phase et a confirmé le début de la deuxième phase, le 12 mai. Celle-ci sera réduite à la phase aller seulement à savoir 5 matchs, au lieu de 10 et qui se dérouleront à Yaoundé pour ceux qui montent et disputent le titre, et à Limbé pour ceux qui veulent se maintenir. Les règlements et le calendrier de ce tournoi sont déjà établis et validés »

La Ligue malgré vos efforts fait face à de nombreuses difficultés notamment sur le plan financier. Qu’est-ce qui peut expliquer cette situation ?

« Le problème d’argent, il a ceci de particulier que premièrement, nous avons un contentieux avec la Fecafoot avec qui on s’est accordés qu’elle finance la compétition à hauteur de 410.000.000. Il s’est trouvé qu’au moment du renouvellement de la convention, l’exécutif n’était plus valable, et quand la normalisation est arrivée, elle a validé ce montant-là  la première année, et la seconde, elle a refusé bien que  la haute hiérarchie vers qui nous nous sommes tournés leur a demandé de payer ou d’écrire qu’ils ne le peuvent pas. Ils n’ont fait ni l’un ni l’autre, ce qui nous met dans une situation de 210.000.000 que nous traînons comme un boulet. Cette année, il y a une difficulté de trésorerie qui a fait que sur les 550.000.000, plus 360.000.000 plus 61.000.000 qu’on devait nous reverser depuis le MINFI, nous avons encaissé que 200.000.000 jusqu’à présent. On reste dans l’attente du déblocage du reste. Promesse d’un déblocage de 315.000.000 est en bonne voie avant le début des play-offs »

Allez-vous opter pour cette formule des poules la saison prochaine ?

« Cette formule m’arrange. D’abord, elle coûte moins, les matchs sont plus engagés, et nous allons faire cette proposition à l’Assemblée Générale si on ne doit pas définitivement l’adopter. Nous allons également voir avec la Fecafoot, si les arbitres sont corrects, ça va nous amener à dégager en fin de saison les meilleurs et les moins bons »

Est-il plus compétitif au regard des autres championnats africains ?

« Lorsque vous regardez les autres championnats africains, je ne pense pas que leur niveau soit supérieur au nôtre. Peut-être, nous ne croyons pas nous-mêmes à notre potentiel, mais vous voyez bien qu’il y a eu une sorte de nivellement. Avant le coup d’envoi des matchs, personne ne sait qui va gagner »

Au moment où on entre dans les play-offs, tous les engagements de l’État ont-ils été respectés ?

« L’État fera ce qu’il a à faire, à savoir honorer ses engagements, mais je ne suis pas sûre que ça va résoudre le problème des clubs. Je dois dire que les clubs doivent aux joueurs et encadreurs des sommes d’argent que l’État avait déjà payées. Il faut aussi dire que les clubs ont signé des contrats avec des joueurs et encadreurs, et l’État ne vient qu’en appuis. C’est un faux débat de dire que les joueurs doivent être payés à hauteur de 100.000 en Ligue 1 et 50.000 en Ligue 2. Les clubs ont signé des contrats supérieurs à ça et l’État ne donne qu’un appui à raison de 100.000 en ligue 1 et 50.000 en ligue 2, et ce 10 mois sur 12. Donc la contribution de l’État ne règle pas tous les problèmes. Donc, c’est faux de dire que c’est parce que l’État n’a pas versé l’argent que les joueurs ne sont pas payés »

Que faut-il faire pour contraindre les clubs à respecter leurs engagements vis à vis des joueurs et encadreurs ?

« Nous serons obligés par la suite, s’il s’avère que cette situation ne se régularise pas. Nous pouvons décider à la LFPC que la quote-part de l’État soit directement payée aux joueurs et encadreurs, et rien ne nous empêche de le faire. Nous n’avons pas voulu infantiliser les clubs, c’est pour ça que tout ce qui était versé par l’État leur était reversé, mais on s’aperçoit que comme ça persiste, on sera peut-être obligé de payer à leur place, encore que ce qui sera payé ce n’est que la partie que l’État donne, mais ça ne va pas résoudre le problème entièrement. Mais en réalité, le problème de la ligue c’est de trouver l’argent suffisant. Sur le plan textuel,  j’ai eu des satisfactions par rapport à la défiscalisation du chiffre d’affaire à hauteur de 5%. Mais la mise en œuvre est difficile malgré le fait d’avoir expliqué cela aux entreprises, qui prétendent que l’État leur doit aussi beaucoup d’argent. Nous sommes en train de nous orienter vers l’extérieur, mais il va falloir que l’État accepte que les privés extérieurs viennent investir chez nous. La première fois que le Cameroun l’a fait, c’était pour la construction du barrage de Nachtigal et la route de Yoko »

Pensez-vous être le seul à pouvoir mener la barque du professionnalisme au Cameroun ?

« Je n’ai pas dit être la seule personne. J’ai dit j’en suis l’une des personnes, déjà parce que j’ai dirigé un club pendant 25 ans, notamment le Tonnerre, j’ai dirigé la Linafoot pendant 6 mois, j’ai une certaine capacité que n’ont pas beaucoup de gens. Vous pouvez faire des recherches sur internet et vous verrez que « Semengue » a un profil qui est heureusement accepté à l’extérieur. Donc quand je demande quelque chose à l’extérieur comme à l’intérieur, on me le donne facilement, ce qui fait que j’ai plus de capacité à lever des fonds à l’extérieur. Je ne sais pas si quelqu’un d’autre aurait pu obtenir les incitations fiscales que j’ai obtenues.  La Fecafoot existe depuis plus de 50 ans mais ils ne l’ont pas fait. Je pense avoir beaucoup plus de facilité, et les jeunes auraient pu attendre quand même que tout soit bien balisé pour éventuellement m’évincer (rire…) Ou que je parte de moi-même. Mais vouloir mettre la charrue avant les bœufs,  et surtout utiliser les moyens peu orthodoxes ne sont pas bons. Je suis lié par une élection jusqu’en 2020″

Que peut-on dire de votre bilan depuis que vous êtes à la tête de la LFPC ?

« Je peux parler d’emblée de l’organisation des compétitions, car rien n’était donné d’avance. La LFPC a été créée ex-nihilo, mais on a quand même fait un certain nombre de choses claires, j’ai pu obtenir les incitations fiscales qui sont à mon avis, quelque chose de très important. Ce sont des acquis qu’on doit  consolider. Je crois que cette année, on a trouvé une formule qui ne semble pas mauvaise en soi. Donc moi, ça me rend fière, car personne n’y croyait, mais on a finalement accepté, malgré le fait que les résultats sont bizarres (rire…) « 

Comment réussissez-vous à survivre des crises avec les présidents de clubs ?

« J’ai 84 ans, j’ai dirigé l’armée pendant au moins 50 ans. Quand on a une certaine expérience et une certaine longévité, on sait appréhender les choses, on ne va pas brutalement pour toujours régler une situation. Quelques fois, il faut  contourner, quelques fois, donner de l’espoir, quelques fois faire un certain nombre de choses pour que ça marche »

Comment comptez-vous trouver des ressources pérennes pour la Ligue et les clubs ?

« Si vous voyez mon plan d’action, le premier point porte sur comment trouver une ressource pérenne. Je dois dire parce qu’il faut que les gens le sachent, le Cameroun est en arrière sur le plan financier pour ce qui est du championnat. Le Gabon nous dépasse largement, la Guinée Équatoriale aussi, parce que ce que nous donnons ici à l’ensemble des clubs, c’est ce qui au minimum revient à chaque club pratiquement là-bas. C’est pourquoi j’avais pensé à trouver des fonds afin que chaque club de ligue 1 puisse avoir 500.000.000 et ceux de ligue2  350.000.000, ce qui leur permettrait de se mettre à la page, parce qu’il y a un cahier de charge à remplir pour être club professionnel. A l’heure actuelle, aucun club au Cameroun n’est professionnel, même pas Coton Sport qui est juste en avance sur les autres »

Ne pensez-vous pas que les clubs sont laxistes du fait que vous soyez le seul à chercher les financements ?

« Justement, les incitations fiscales que j’ai obtenues  sont pour la ligue et pour les clubs aussi. Mais au lieu que chaque club se batte pour trouver des privés pour les financer, ils regardent seulement ce que la Ligue a trouvé. Il faut que les présidents de clubs se battent car tout ce que j’ai obtenu sur le plan national s’est aussi répercuté sur le plan individuel et chaque club qui joue un championnat camerounais est éligible, chacun dans sa zone, s’ils savent se faire vendre. Vous voyez par exemple qu’on a demandé que les clubs professionnels mutent en sociétés en ouvrant le capital à 20% aux privés, personne ne l’a fait jusqu’à présent. Comment voulez-vous que les gens vous aident si vous ne permettez pas qu’ils entrent dans votre société ? Donc je me suis battu pour avoir ces incitations fiscales mais les privés n’ont pas encore suivi, certainement pour les raisons sus évoquées. Maintenant, j’ai opté pour la recherche des financements extérieurs et là encore, comme je vous le disais il faut que l’État accepte »

Vous avez ténu un conseil d’administration le 31 Avril dernier, que peut-on en retenir ?

« Premièrement, il était question d’adopter les résultats de la première phase du championnat, puis de décider de l’organisation des play-offs. Il y a beaucoup d’incompréhensions entre la Fecafoot et nous, nous voulons régler ça à l’amiable. On a donc demandé à la Fecafoot de pouvoir nous recevoir pour qu’on règle les différents qu’on pourra régler rapidement. La Fecafoot nous a demandé d’élire les délégués de la ligue qui doivent siéger à l’Assemblée Générale de la Fecafoot… Voilà les grandes résolutions du conseil d’administration de la LFPC qui s’est tenu le 31 Avril »

Le projet du passage à 20 clubs la saison prochaine reste-t-il d’actualité ?

« Bien-sûr ! Et d’ailleurs, je ne sais pas pourquoi ça fait problème. Jouer à 20 n’est pas une idée sortie comme ça de l’air. Tout joueur professionnel doit avoir un minimum de 50 matchs dans les jambes, c’est pourquoi on a pensé à jouer à 20. D’ailleurs, tout le monde n’atteindra pas ce résultat mais au moins, les 8 meilleurs clubs l’atteindront. Faisons une simulation : si le championnat se joue en 38 journées (aller et retour), nous ajoutons les 7 matchs de la coupe du Cameroun, nous pouvons ajouter les 7 matchs de la coupe de la ligue et la Super coupe, ça fait que les deux meilleures équipes seront à 52 matchs, les demi-finalistes seront à 51, et les quarts finalistes seront à 50. Les dernières équipes auront fait au minimum 38 matchs plus 2, soit 40 matchs. Vous voyez que ce n’est pas une idée sortie de nulle part. On fait référence à la Suisse par exemple qui a 10 clubs, mais ce qu’on ne dit pas c’est qu’ils jouent 2 fois et demie pour atteindre cet objectif. C’est quelque chose de scientifique et il faut absolument qu’on y arrive et il faut de l’argent »

Mais les clubs se plaignent de la réduction de l’enveloppe de la subvention si ce projet venait à prospérer. Ce n’est pas votre avis ?

« L’État donne 20.000.000 aux clubs de ligue 1 et 10.000.000 aux clubs de ligue 2. Si on réduit le nombre,  ça va peut-être ajouter 2.000.000 de part et d’autres. Cela ne donne rien du tout par rapport à ce dont un club a besoin pour évoluer de manière professionnelle. Mais on n’aura pas résolu le problème de la compétitivité. Donc, ceux qui disent que si on réduit ça va faire plus d’argent, même si ça s’augmente de 5.000.000, ça ne changera rien aux problèmes des clubs, et on n’aura pas résolu le problème de compétitivité. Donc, vaut mieux on cherche l’argent, et qu’on joue à 20. C’est pourquoi nous avons pensé qu’on pouvait jouer la saison prochaine à 20 en ligue 1 et peut être à 16 en ligue 2 »

Que pensez-vous de l’évolution du football camerounais ?

« Le football camerounais peut se développer, nous avons de très grands talents. Comment on a pu trouver les U17 qui sont aujourd’hui champion d’Afrique ? Si tout était bien organisé avec la mise en place d’un bon championnat, on en aurait plus. Donc, si par hasard on trouve des jeunes pour aller gagner parce qu’on n’est pas organisé, imaginez ce qu’il serait si on était bien organisé. C’est le but que nous recherchons à la ligue : pouvoir encadrer tous nos jeunes talents, les canaliser pour qu’ils puissent devenir des Lions Indomptables dans diverses catégories demain »

Comment  la LFPC peut-elle contribuer au développement du football jeune ?

« Si je trouve l’argent, au lieu que la Fecafoot nous aide, c’est nous qui allons les aider. La Fecafoot manque d’argent pour organiser le championnat jeune. Si les privés avaient répondu à notre appel, c’est que nous aurions suffisamment de moyens pour le faire »

Pourquoi  n’est-il plus possible pour les clubs amateurs de prêter les joueurs aux clubs professionnels, pourtant ce l’était avant ?

« Ce n’est pas de notre faute, il faut que le championnat amateur soit bien organisé. À l’heure actuelle ils ont à peine commencé, c’est tatillon. Les seules choses qui marchent, c’est les Lions Indomptables et le championnat »

Serez-vous candidat à votre propre succession l’année prochaine ?

« Je ne me détermine pas encore car je suis en train de chercher ce qu’il faut pour que ça marche. Si je trouve ce qu’il faut pour que ça marche, c’est bon. Peut-être que je serai candidat pour mettre tout cela en place, puis je me retire. Mais j’ai l’impression que si on laisse en l’état actuel, ça risque de dégringoler et je ne sais pas si les présidents de clubs le savent (rire…) »

Quel commentaire faites-vous du sacre des U17 alors qu’il n’existe pas de championnat jeunes ?

« Ça veut dire qu’il y a des talents qu’il faut dénicher.  Mais ce serait mieux de les dénicher valablement que de chercher les aiguilles dans les bottes de foin. Si on avait bien organisé de manière à avoir une équipe nationale dans toutes les catégories, on n’aurait pas de problèmes. Mais là il faut tirer un grand coup de chapeau à Thomas Libiih, je ne sais pas comment il a pu concocter cette équipe, mais il a réussi »

Votre mot de fin…

« Le Cameroun a besoin d’être informé. Ce que nous voulons faire à la LFPC est très clair, et cela a fait l’objet d’un fascicule et tout y est concernant notre vision futuriste de la ligue. Nous avons un objectif à atteindre,  c’est que le Cameroun soit le meilleur pays africain de football et pourquoi pas, parmi les meilleurs au monde, et nous le pouvons. Il faut simplement qu’on soit tous d’accord pour y arriver. Si on est tous d’accord à partir des clubs, à partir de la Fecafoot, à partir de tout le gouvernement, alors on peut y arriver »

Par Sylvain Kwambi

Please follow and like us:

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résultats

Cameroun3:0Comores

Classement

Rang PaysPts
1Maroc11pts
2Cameroun11pts
3Malawi5pts
4Comore5pts