Le 5 février 2017, les Lions Indomptables soulevaient le cinquième sacre continental du Cameroun en battant l’Egypte (2-1) en finale de la Coupe d’Afrique des Nations au Gabon. Un exploit inattendu pour une équipe dont personne ne vend chère la peau. Deux ans presque jour pour jour après  ce succès mémorable, la rédaction de Lion Indomptable, a bien voulu vous rafraîchir la  mémoire sur les 23 héros de ce sacre. Quel a été l’apport de chaque acteur ? Que sont-ils devenus deux ans après ce retentissant succès ? Ce dossier spécial est destiné à apporter de meilleures réponses à ces pertinentes questions. Ce quatrième tome est consacré aux attaquants.

Aboubakar Vincent

Vincent Aboubakar

C’est la véritable star de l’équipe camerounaise au Gabon. Il était l’atout offensif numéro un des Lions Indomptables. Celui qui devait porter les espoirs du Cameroun. Toutefois, il ne suffisait pas d’avoir un nom pour s’assurer une place de titulaire dans l’équipe d’Hugo Broos. Malgré ses belles performances en club, le technicien belge avait décidé de ne pas l’aligner lors du match d’entame face au Burkina Faso. Il jouera contre la Guinée Bissau avant de retourner au banc pour être utilisé comme joker, jusqu’à la fin de la compétition.

Là où un autre joueur de sa trempe aurait boudé ce rôle de remplaçant joker, l’ancien joueur de Coton sport de Garoua est resté concentré sur lui-même et sur son apport dans le jeu du Cameroun, lorsqu’il faisait son entrée. Son sang-froid aux tirs au but face au Sénégal a permis aux Lions de valider leur ticket pour le dernier carré. Sa passe lumineuse, en demi-finale, a conduit au but du KO contre le Ghana. Et le bouquet final en finale face à l’Egypte, son but offre le 5e titre continental au pays de Roger Milla. Mais quel but !  Les performances de l’attaquant du FC Porto ont largement contribué à la conquête du titre. Après avoir pris part aux éliminatoires de la coupe du monde 2018 et à la coupe des confédérations où il a inscrit l’un des buts camerounais, l’ancien joueur de Valenciennes, depuis sa blessure contractée en fin septembre 2018, manque au Cameroun qui n’a marqué que trois buts dans les qualifications de la CAN 2019 qui se jouera en Egypte, en juin prochain.

 

 

Clinton Njié

Même si ça n’allait pas très fort en club au moment où il s’apprêtait à aller disputer la CAN, Clinton Njié est un petit diamant qui peut briller à tout moment. Hugo Broos lui a donné sa chance lors du match contre le Burkina Faso. La prestation  était extrêmement moyenne  et il avait fait l’objet de vives critiques, même le vieux Lion Roger Milla ne l’avait pas épargné. Hugo Broos qui n’acceptait pas se laisser guider par l’opinion le remet dans son équipe de départ pour le 2e match du Cameroun face à la Guinée Bissau. Cette fois-ci c’est un flop. Cet enchainement de mauvaise performance lui coûteront sa place de titulaire et l’estime de son entraineur qui ne lui offrira plus une seule seconde de jeu, jusqu’à la fin de la compétition.

L’attaquant de l’Olympique de Marseille ne faisait visiblement plus partie des plans de Broos qui l’avait écarté des éliminatoires de la dernière coupe du monde aussi  du groupe qui était allé défendre les couleurs du Cameroun à la Coupe des Confédérations en Russie. Il aura fallu que Alexandre Belinga s’installa pour revoir Njié arborer de nouveau le maillot tricolore, lors des matches amicaux face au Koweït et au Burkina Faso au mois de Mars et de Mai dernier. Dans sa première liste, Clarence Seedorf, qui a succédé au technicien belge, ne le convoquera pas pour le match contre les Comores, comptant pour les éliminatoires de la CAN 2019. Il réapparaîtra dans la liste des joueurs convoqués, 5 mois plus tard, pour la double confrontation face au Malawi, toujours dans le cadre des qualifications pour la prochaine CAN. Le Lion indomptable, âgé de 26 ans, promis à ses débuts à un bel avenir, tarde à le confirmer. Sa situation difficile à l’OM ne semble pas arranger les choses.

Robert Ndip Tambe

Ndip També

Peu connu du grand public, Robert Ndip Tambe doit tout à Hugo Broos qui lui a ouvert les portes de l’équipe nationale, lors des matches face à la Gambie et au Gabon à Limbé en septembre 2016. Une fois que l’opportunité lui avait été donnée de se montrer, l’ancien buteur de Njalla Quan qport Academy n’a pas hésité à  la saisir, au point d’être retenu pour la CAN au Gabon. Tenu par sa logique de répondre présent quand on fait appel à lui, le natif de Buea a disputé ses premières minutes dans une CAN face à la Guinée Bissau, il remplaçait Vincent Aboubakar. Besogneux et respectant scrupuleusement les consignes de Broos, il a été, par la suite, promu titulaire jusqu’à la fin du tournoi. Son profil atypique a convaincu le sélectionneur belge qui inscrivait son nom en premier sur la feuille de match.

Malgré qu’il n’ait pas inscrit de but dans cette compétition, sa puissance physique aura contribué à essorer les défenses adverses. Auréolé de son titre de champion d’Afrique, Ndip Tambe a signé un contrat de deux ans avec le club turc d’Adana Demirspor. Après la coupe des confédérations et la déchéance de son mentor Broos, Robert Ndip Tambe a disparu des radars de la sélection nationale.

Salli Edgard

Tout au long de la CAN 2017, Salli Edgard s’est contenté de quelques bouts de matches. Entré à la place de Clinton Njie (76è) lors de la première journée face au Burkina Faso (1-1), il revoit la pelouse lors de la troisième journée où il est titularisé face au Gabon et joue 75 minutes avant de céder sa place à Jacques Zoua. Mais l’utilisation de l’ancien monégasque s’est arrêtée au premier tour où il n’a véritablement pas rendu satisfaction. Absent à la Coupe des Confédérations 2017, il revoit le chemin de la sélection en septembre 2018 où il fit partie de la première liste de Clarence Seedorf pour affronter les Comores. Mais ses prestations décevantes lui ont une nouvelle fois refermé les portes de la sélection. A Nuremberg (Allemagne) où il évolue depuis la saison 2016-2017 (en Bundesliga 2 puis  1), il connait une situation catastrophique cette saison où il a joué à peine deux matches. Placé sur le marché des transferts cet hiver, aucun preneur ne s’est signalé pour l’attaquant de 27 ans.

 

Karl Toko Ekambi

Karl Toko Ekambi a été utilisé par Hugo Broos lors des matches de poules et les quarts de finale. Remplaçant de Christian Bassogog à la 84ème minute face au Burkina Faso, il entrait ensuite à la place de Clinton Njie lors de la deuxième journée face à la Guinée Bissau. Face au Gabon, c’est Robert Ndip Tambe qui lui cédait la place à la 82ème minute avant sa toute première titularisation face au Sénégal en quart où il a vite cédé sa place à Jacques Zoua (46e) parce que transparent. C’était son dernier match de la compétition. Hugo Broos l’a cloitré sur le banc en demi-finale face au Ghana (2-0) et en finale face à l’Egypte (2-1). Mais il reste régulièrement convoqué en sélection où il fait désormais partie des cadres depuis l’arrivée de Clarence Seedorf qui lui a confié le brassard de capitaine lors de la rencontre face au Maroc (1-2) le 16 novembre 2018, comptant pour la cinquième journée des Eliminatoires de la CAN 2019. Passé d’Angers à Villareal l’été dernier, Toko connait une première saison acceptable en Espagne.

Benjamin Moukandjo

Capitaine de la sélection camerounaise durant l’expédition gabonaise, Benjamin Moukandjo a su se montrer exemplaire aussi bien dans qu’en dehors du terrain. Auteur du premier but camerounais dans cette compétition, à la première journée face au Burkina Faso (35e) il a vite tracé la voie du sacre. Il a participé à tous les matches, toujours avec le même enthousiasme et le même esprit de la gagne, jusqu’à soulever le trophée. Devenu capitaine historique depuis ce succès remporté après 15 années d’attente, il a continué à servir son équipe avec la même ardeur lors des rendez-vous qui ont suivi (Coupe des Confédérations, éliminatoires Mondial 2018 et CAN 2019). Nargué par Clarence Seedorf à son arrivée à la tête du staff technique des Lions en août 2018, le capitaine Benji que des réseaux mafieux tenaient depuis à écarter, a préféré prendre sa retraite internationale, le 22 septembre 2018. L’argument avancé pour justifier sa non convocation à savoir, le caractère exotique du championnat chinois ne l’a pas du tout convaincu. Tout comme l’inélégance du technicien hollandais qui n’a même  pas daigné lui passer un coup de fil en sa qualité de « capitaine ayant conduit les Lions au cinquième sacre du Cameroun, en 2017, et ce en dépit des contingences ayant à plusieurs reprises voulu dans l’ombre influencer le maintien de la  cohésion du groupe », écrivait-il dans son communiqué. L’ancien lorientais poursuit paisiblement sa carrière en Chine. Après un prêt d’une saison à Beijing Renhe, il est de retour à Jiangsu Suning pour la nouvelle saison qui s’apprête à démarrer. Avant de rejoindre la Chine à l’été 2017, il avait conclu une saison fantastique en France, sous les couleurs du FC Lorient, avec 13 buts en Ligue 1.

Jacques Zoua

Dans le dispositif d’Hugo Broos, Jacques Zoua avait un rôle essentiel. Contre toute attente, il a été titularisé dès le 1er match face au Burkina Faso (1-1) dont il disputait toutes les 90 minutes. Laissé « au repos » le 18 janvier lors de la rencontre contre la Guinée Bissau (2-1) il est remplaçant face au Gabon à la troisième journée. En quart de finale remporté  face au Sénégal aux tirs au but (0-0 ; 5-4), il entre à la place de Karl Toko Ekambi à la 46ème minute. Il jouait ensuite intégralement la demi-finale face au Ghana (2-0) avant d’être une nouvelle fois titulaire en finale où il cédait sa place à Mandjeck dans le temps additionnel (90+3). Jamais buteur en sélection malgré la confiance qui lui a régulièrement été faite depuis son arrivée en 2008, il continue curieusement d’être convoqué. Alors qu’on le voyait désormais inéligible pour la sélection, Clarence Seedorf lui a à nouveau fait appel pour la double confrontation face au Malawi les 12 et 16 octobre 2018 et  les matches contre le Maroc (5ème journée des éliminatoires de la CAN 2019 (0-2)) et le Brésil en amical, les 16 et 20 novembre. Occasions pour le joueur d’Astra Giurgi d’étaler une nouvelle fois son inefficacité, en vendangeant des ballons devant les buts vides. Même en club, les exploits de l’attaquant de 27 ans sont aussi rares qu’un cours d’eau dans un désert. A Astra où il a signé en septembre 2018 pour un contrat de trois ans, il peine à apporter une plus-value. Le club n’est que 6ème du championnat roumain avec 31 points soit 15 de moins que le leader CFR Cluj.

bassogog christian meilleur joueur can 2017

Christian Bassogog

Arrivé chez les Lions séniors seulement quelques semaines plus tôt, Christian Bassogog n’a pas mis du temps avant de s’imposer dans le dispositif de Broos. Après une entrée remarquable lors du match des éliminatoires à Limbe face à la Zambie, l’ancien joueur de Lion Blessé de Fotouni a très vite cimenté sa place. Il confirme la même tendance lors des matches amicaux préparatoires à la CAN. Au Gabon, il confirmait tout le bien que l’on pensait de lui. Ses crochets magiques et ses accélérations sulfureuses sur les couloirs le font vite remarquer. Il est désigné « l’homme du match » face à la Guinée Bissau (2ème journée de la phase de poules), après avoir offert la passe du but de la victoire à Michael Ngadeu (79e). En demi-finale face au Ghana, il concluait son excellente performance par un but anthologique en toute fin de match (90+3). Ce qui lui valait un nouveau trophée de l’Homme du match. Egal à lui-même en finale face à l’Egypte, c’est tout logiquement qu’il recevait le trophée du meilleur joueur du tournoi après le sacre du Cameroun. Ces titres collectif et individuel l’aideront à décrocher un contrat juteux en Chine, au Henan Jianye. Mais depuis, il a connu moins de réussite avec la sélection. Décevant en Coupe des Confédérations, il n’a pas pu faciliter un meilleur sort au Cameroun dans les éliminatoires du Mondial 2018. Ignoré par Clarence Seedorf à son arrivée à la tête de l’encadrement technique des Lions indomptables au motif qu’il évolue dans un championnat exotique, il a renoué avec le maillot tricolore le 16 novembre 2018 face au Maroc où il n’a pas été décevant. Le joueur de 23 ans a également disputé le match amical face au Brésil le 20 novembre 2018.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.