N’étant pas sûr de voir la démarche de la Fédération prospérer, l’Etat comorien ne semble plus disposé à financer la procédure dont les charges s’élèvent à 70 millions de Francs comoriens (environ 141 000 euros). Une bonne nouvelle pour le Cameroun.

Après le retrait de l’organisation de la Coupe d’Afrique des Nations 2019 au Cameroun, le 30 novembre 2018, les Comores, un des adversaires des Lions indomptables dans les éliminatoires de cette compétition plaidaient pour l’application stricte du règlement de la CAF.  En plus des sanctions financières, celui-ci prévoit la disqualification du pays défaillant pour l’édition concernée ainsi que pour la suivante. Ignorée par la CAF, la fédération comorienne de football a porté l’affaire devant le Tribunal arbitral du Sport (TAS). Mais il se trouve que faute de moyens financiers, elle n’est pas loin d’abandonner la procédure.

«On a juste fait ce qu’on appelle un enregistrement au niveau du Greffe du Tribunal Arbitral du Sport. Il nous reste à faire le dépôt d’une requête d’arbitrage à travers notre cabinet d’avocats. Mais cette procédure nécessite d’énormes moyens que nous ne disposons pas à présent. Nous sommes toujours en attente d’un éventuel soutien financier de l’Etat», a récemment regretté le président de la fédération Saïd Ali Saïd Athouman au site Comoros football.

L’Etat comorien qui devrait en principe financer cette procédure aurait finalement décidé de se retracter, n’étant pas convaincu de voir la démarche de la fédération prospérer. «Au début l’Etat s’est montré être impliqué. Mais mon Secrétaire Général qui assure l’intérim m’a informé que le gouvernement ne veut plus financer notre requête du TAS. Leur argument est que ça va leur coûter extrêmement cher et si malencontreusement on devrait perdre le procès ils devront aussi financer le match contre le Cameroun», ajoute Saïd Ali Saïd Athouman.

Il faut 70 millions de francs comoriens (environs 141 000 euros) pour mener la procédure jusqu’au bout. Hors de portée pour la fédération comorienne. Les Cœlacanthes devront arracher leur qualification sur le terrain. Et il ne leur reste qu’un seul match, celui prévu le 22 mars 2019 à Yaoundé face au Cameroun. L’équipe comorienne qui compte trois points de retard sur ce prochain adversaire doit absolument gagner pour espérer une qualification.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.