Dans un entretien accordé à la télévision Afrique Média, le Président de la Confédération africaine de football prévient que si le Cameroun attaque la décision de lui retirer la CAN 2019 au Tribunal Arbitral du Sport (TAS), il ne lui sera plus laissé la possibilité d’organiser l’édition 2021.

Trois jours après la décision du Comité exécutif de la CAF de retirer l’organisation de la CAN 2019 au Cameroun, Ahmad Ahmad, le président de l’instance s’est expliqué ce lundi 3 décembre 2018 sur les antennes de la télévision Afrique Média.
Le malgache s’étonne de la polémique suscitée par cette décision de l’instance faîtière du football africain tout en rappelant que celle-ci a été prise à l’unanimité eu égard aux rapports des différentes visites d’inspection effectuées au Cameroun.

” J ai décidé de parler ici parce qu’il y a trop de polémiques unitiles et vides(…) Nous ne voulons plus qu’on passe le temps à se moquer de notre continent. La décision de retirer la CAN au Cameroun a été prise à l”unanimité par tous les membres du comité exécutif. Les rapports des différentes visites au Cameroun ne présageaient rien de bon. Les travaux sont environ à 55 % de taux d excution. C était pratiquement impossible d’organiser cette compétition dans ces conditions. Pour arrondir les bords, nous avons prévu décaler toutes les prochaines CAN puisque moi ayant vu le chef de l état Camerounais, j ai voulu l’ accompagner et l’aider”, a-t-il indiqué.

Les informations provenant de sources crédibles annoncent que le Cameroun fera recours au Tribunal Arbitral du Sport (TAS) pour tenter de conserver cette CAN pour laquelle plusieurs chantiers sont en cours d’exécution. Pour le patron du football africain, il s’agit d’une démarche à ne surtout pas essayer.

“Si les camerounais veulent nous amener au TAS, Ils risqueront créer un autre problème pour 2021. Aucun règlement ne nous permettait de leur attribuer cette CAN; c est un engagement personnel ! Et s ils veulent, qu’on parte…”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.