Le Président de la Ligue de Football Professionnel du Cameroun n’a pas permis aux travaux du Conseil d’administration démarré mercredi sous haute tension,  d’arriver à leur terme.

La crise qui secoue la Ligue de Football professionnel du Cameroun (LFPC) n’est pas prêt de connaître son épilogue. Le Général Pierre Semengue, président de cette instance en a rajouté une nouvelle couche hier jeudi 15 novembre 2018. Alors que les travaux du Conseil d’administration de l’institution qui gère le football professionnel au Cameroun commencés mercredi était censés se poursuivre le lendemain, pour permettre aux différentes parties d’accorder leurs violons, le patron de la LFPC s’est  déclaré indisponible. Les autres membres du Conseil d’administration de l’instance ont été surpris de recevoir de Benjamin Beyek, nommé secrétaire général par intérim de la ligue, ce message inattendu qui a une nouvelle fois fait monter la tension.

Dans un communiqué rendu public ce vendredi 16 novembre 2018,  7 des 11 administrateurs de la LFPC n’ont pas caché leur indignation. Cette “attitude déplorable” est selon eux révélatrice des “dérives managériales” du Général Pierre Semengue. Les signataires à savoir: Faustin Domkeu, Alex Owona, Isaï Ngalle Nemangou, Yong Jacques, Samuel Dongmo, Kome Max et Pierre Boudjiko engagent l’assemblée générale à prendre  la pleine mesure de la crise qui secoue la Ligue et “d’en tirer les conséquences nécessaires à l’effet de rétablir un climat serein au sein de cette instance de gestion du football professionnel dans notre pays“. L’assemblée générale extraordinaire ici réclamée pourrait s’avérer fatale pour le général d’armée à la retraite, si elle se tient effectivement dans quelques semaines.

La crise a démarré à la Ligue de Football Professionnel du Cameroun depuis trois semaines, avec comme élément déclencheur, la mise en retraite de la Secrétaire Générale de l’instance, Thérèse Pauline Manguele (62 ans). Une décision prise unilatéralement par  le président Pierre Semengue en violation des statuts de cette institution, d’après ses pairs. Dans la même veine, Semengue décidait sans consulter personne, du passage de 18 à 20 clubs en Mtn Elite One et de 15 à 18 en Elite Two, tout comme il désignait sans “aucune base objective”, les équipes devant profiter de cette décision (montée de Canon et Lion Blessé en Elite One et zéro descente en Elite Two).

La réunion du Conseil d’Administration convoquée le mercredi 14 novembre 2018 avait pour but à la fois d’apaiser les tensions et de trouver un compromis entre le président Semengue et les autres membres du Conseil d’administration. L’annonce de la date de la reprise du championnat était également attendue de cette assise. Mais celui qui dirige la LFPC depuis sa création en a décidé autrement, rendant désormais de plus en plus hypothétique la saison 2018-2019.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.