Coupe du Monde 2014 : Samuel Eto’o nie tout en bloc, mais s’excuse

Par
Updated: août 2, 2016
Samuel Eto'o

« j’étais dévasté parce que c’est une méchanceté gratuite. »

Le buteur camerounais présente ses excuses au Premier Ministre Philémon Yang qui avait été séché le 7 juin 2014 par les joueurs à la fin du match Cameroun-Moldavie (1-0), qui était l’occasion pour les lions de dire au revoir à leur public avant leur départ pour le Mondial. Le Chef du Gouvernement avait été finalement obligé de confier le drapeau tricolore au sélectionneur allemand Volker Finke.

Au cours d’un entretien accordé à Vox Africa, Samuel Eto’o, ancien capitaine des Lions Indomptables du Cameroun est revenu sur les malheureux incidents qui ont précédé le départ des Lions Indomptables à la Coupe du Monde Brésil 2014. Accusé à l’époque d’avoir séché le premier Ministre Philémon Yang lorsque ce dernier venait lui remettre en tant que capitaine le drapeau du Cameroun avant le départ au Brésil, Samuel Eto’o nie aujourd’hui tout en bloc. Il dit avoir été victime d’une « méchanceté gratuite » de la part de ses détracteurs.

Je crois, je n’ai plus de message à passer au peuple camerounais parce que plus d’une fois, s’il fallait prouver mon amour, je l’ai fait. La seule chose qui m’a vraiment embêté, c’est quand on a laissé croire que j’avais refusé de prendre ce qui nous représente tous : le plus beau drapeau au monde. J’étais détruit, j’étais dévasté parce que c’est une méchanceté gratuite. J’aurais donné ma vie et je peux donner ma vie pour ce beau pays parce que j’aime profondément le Cameroun.

A regretté le capitaine du club turc d’Antalyaspor qui croit être souvent victime de son trop plein d’amour pour son pays.
Eto’o présente par ailleurs ses excuses au Premier Ministre, Philémon Yang qui s’était vu humilier par les joueurs qui réclamaient pour chacun d’eux, une prime d’environ 50 millions de Francs Cfa avant d’embarquer pour le pays de Ronaldinho.

Il y a quelqu’un qui a été profondément offensé et on a utilisé ce papa, cette autorité – parce qu’on doit respecter nos parents, respecter nos autorités – c’est le premier Ministre à qui je présente encore mes excuses ici parce qu’on m’a condamné en disant que j’avais fait quelque chose que je n’ai jamais fait. Je n’ai jamais eu l’occasion de me justifier que ce soit devant lui, que ce soit devant notre peuple. C’est la seule chose que je vais dire : Chère papa, je ne me le permettrais jamais, quoi qu’on dise.

a-t-il imploré.

La responsabilité de Samuel Eto’o avait clairement été pointé dans ce geste antipatriotique qui n’avait pas manqué de ternir l’image du Cameroun. De retour du Brésil où le Cameroun avait fait une Coupe du monde catastrophique, rythmée d’interminables faits divers, l’ancien barcelonais s’était vu destituer de son poste de capitaine au profit de Stéphane Mbia. Une déchéance qui a précipité sa retraite internationale.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *