Légendes

L’hommage émouvant de Fred Eboko à David Mayebi

David MAYEBI s’en est allé.

Dimanche dernier, David Mayebi nous a quitté des suites d’une maladie à 61 ans. Son coéquipier Fred Ekobo lui rend hommage.

Le témoignage de son équipier chez les LIONS, Fred EBOKO

Mayebi David, alias Davidson, alias « Mayeb’ » nous a donc quittés. Je voudrais qu’il entende de là où il est la première salve d’applaudissements qu’il a reçue pour sa toute première sélection en équipe nationale du Cameroun. C’était un fameux Cameroun – Congo (2-0). Pour la confrontation, le Congo avait rappelé une ses des stars, Paul Moukila (ballon d’or africain 1974, vainqueur de la CAN 1972). Les Lions Indomptables ont choisi un jeune cadenas pour fermer l’entrée de la défense camerounaise. Le n° 6 de l’Union Sportive de Douala, David Mayebi, a été appelé pour honorer sa première sélection. Courageux, combatif, combattant, sérieux. Un colosse au pied gauche de velours. Short baissé jusqu’aux genoux, chaussettes baissées jusqu’aux chevilles. Les jambes mabongo ruisselantes de la sueur du combat. L’enfant de Nkonmondo n’a pas tremblé, malgré la pression. Moukila a été mis sous l’éteignoir. Lorsque Mayebi a compris qu’il pouvait désormais porter main forte aux attaquants, au début de la deuxième mi-temps, il est monté. A 25 mètres des buts le ballon lui est parvenu. Un contrôle, une frappe à ras du sol du gauche. Le bolide a fusé sur la pelouse gorgée de pluie. Le stade a retenu son souffle. Le ballon est passé à 5 cm du poteau. Mayebi a regardé le ballon filer. Puis, il s’est retourné et est rentré à son poste à toute vitesse. Tout le stade Ahmadou Ahidjo s’est levé et a applaudi pendant de longues secondes le culot, le courage, le sens du combat de ce jeune homme qui venait d’entrer dans la cour des grands. Mayeb’s ! Ce sont ces applaudissements – que mes petites mains d’enfant « Mongo Football » ont accompagnés – que je voudrais transmettre au grand Davidson pour saluer son départ et m’incliner devant lui pour tout ce qu’il a apporté au football camerounais. Un Lion ne meurt jamais. Mayeb’s court dans le ciel, le short baissé, les chaussettes baissées. Un autre match a commencé pour lui. Une autre première sélection l’attend là-haut. Mayeb’s, nous sommes debout, nous t’applaudissons, comme pour ta toute première sélection. RIP Grand !

Fred Eboko

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Most Popular

To Top