Récemment promu à la tête de l’équipe nationale minime, les U17, il souhaite voir beaucoup de choses s’améliorer dans la gestion de cette catégorie.

Joseph Siewe, alias Diallo a été nommé la semaine dernière à la tête de l’équipe nationale minime du Cameroun, les U15 par le président de la Fédération camerounaise de football, Tombi à Roko Sidiki. Le choix du coach de l’Union Sportive de Douala pour encadrer cette catégorie de la sélection nationale n’a nullement été fait au hasard. Ses expériences à la tête des écoles de football, telles que la Fundesport, de Samuel Eto’o ou à la Kadji Sport Academy (KSA) bien avant ont largement plaidé en sa faveur.

Mais visiblement, ce technicien chevronné souhaiterait voir cette sélection qu’il fréquente depuis près de huit ans jouer son rôle en tant que socle de toutes les sélections nationales. « J’avais cru que cette sélection était le socle de toutes les équipes nationales. Qu’à partir de là c’était la base. Qu’avant qu’ils ne grandissent, il fallait beaucoup travailler pour que chez les cadets, qu’on ait plus à faire une détection quelconque. C’est vrai qu’il y a des talents qui peuvent sortir du quartier mais que si on est capable de leur donner quarante gamins et que parmi les 40, qu’ils soient capable d’en sortir 25 et continuer avec. Mais, on n’a jamais rien fait, on n’a jamais pensé au Cameroun que la base était importante. » A-t-il indiqué en marge de la conférence de presse d’avant match entre l’Union Sportive de Douala-Panthère Sportive du Ndé (2-1), match en retard de la 3ème journée de Ligue 1.

Pour avoir une idée des premiers chantiers qu’il aimerait engager à la tête de cette sélection, il faudra un peu attendre. « Tout ne dépend pas de moi, ça dépend de la DTN, ça dépend de la fédération, de ce qu’ils pensent donner à cette catégorie de l’équipe nationale. » Indique l’ancien directeur de Fundesport.