Equipe nationale

Comprendre le chaos Fécafoot-Comité de normalisation-TAS; par Joseph Antoine Bell

Comprendre le chaos Fécafoot-Comité de normalisation-TAS; par Joseph Antoine Bell

« Le Comité de normalisation n’a rien réussi du tout…il a reproduit les tares du secrétaire général. »

Le deuxième meilleur gardien africain du siècle, Bell Joseph Antoine réagit suite à la décision du TAS (tribunal arbitral du sport) du 19 février passé relative à l’annulation du processus électoral à la Fédération camerounaise de football (Fécafoot). Pour l’ancien Lion Indomptable, la Fédération internationale de football association (Fifa) va se plier à la décision du tribunal arbitral du sport (Tas) et souhaite qu’on accorde une seconde chance à la normalisation. Monsieur « bon sens » s’exprime et simplifie pour vous la compréhension d’une situation surréaliste. Entretien…

A quoi nous attendre maintenant, que le tribunal arbitral du sport (Tas) ait invalidé le processus électoral de la Fécafoot ainsi que l’assemblée générale de 2013 qui a validée les textes ?

Je ne sais pas si ça rentre dans l’interview, je vais rectifier quelque chose. Tout le monde se laisse entraîner dans l’informel et on dit des choses qui ne sont pas celles qui sont écrites. L’assemblée générale n’organise pas les élections. C’est le Comité de normalisation. Le Comité de normalisation a juste commis une erreur juridique qui annule tous ses travaux. Ils sont les professeurs de droit et le savent. Ils ont fauté en voulant faire adopter leurs textes, ce qui est dans leur droit. Ils auraient pu ne pas le faire. Sauf que pour cela, ils ont convoqué l’assemblée de 2013 qui n’existe pas. Car sinon, ils n’allaient pas être en place.

L’ensemble du processus électoral étant annulé, leur mission (CN) était d’organiser les élections qui n’ont pas eu lieu en 2013. Dans notre Fédération, l’assemblée générale dans sa composition est le résultat du processus électoral. Si le processus électoral est annulé, il n’y a pas d’assemblée générale. Comme il n’ya pas de vacance, c’est l’assemblée générale qu’on voulait remplacer qui reste en place. Ceux de 2009, qu’on voulait remplacer auraient dû être en place, même s’ils n’auraient rien à faire. Car c‘est eux l’assemblée générale de la Fécafoot. Or,  le comité de normalisation qui allait prendre son travail qui consiste à se substituer de tous les organes de la Fédération aurait dû tout mettre entre parenthèses jusqu’à ce qu’il ait organisé des élections qui aboutiraient à la mise en place d’une assemblée générale, qui elle élirait un président et le Comité de normalisation se retirerait. Le Comité de normalisation n’avait pas à être inféodé par une quelconque assemblée préexistante.

Pour mieux vous comprendre la validation des nouveaux textes et statuts de la Fécafoot par l’assemblée générale de 2013 n’avait aucun fondement ?

La décision qui met en place le Comité de normalisation disait qu’il avait tous les pouvoirs, en considérant qu’ils étaient des sages. Sauf qu’à leur arrivée, ils se sont associés à d’autres. La preuve, c’est qu’ils ont gardé le secrétaire général sortant en place.

On nous a fait savoir que c’était une exigence de la Fifa…

Non et Non! J’étais au Gabon. Le Gabon a eu un Comité de normalisation qui n’a gardé personne. Le secrétaire général est la cheville ouvrière de ce qui se passe. L’échec des élections dans une Fédération est l’échec du secrétaire général. Statutairement, c’est lui qui les organise. Quand on vous dit, que les textes sont mauvais et vous allez les réécrire, vous pensez à qui ? Au secrétaire général. C’est-à-dire que la décision de la Fifa vu par un observateur neutre, comme devait être chacun des membres du Comité de normalisation entérinait de fait l’incompétence du secrétaire général. Du coup, si vous venez pour redresser vous allez vous séparer de ce monsieur qui n’a pas su dire avant, que les textes ne sont pas bons et n’a pas su organiser les élections crédibles à cause desquelles, on vous emmène. C’est la logique la plus implacable. Le fait de s’être entiché ce secrétaire général, on voit le résultat aujourd’hui. Le Comité de normalisation n’a rien réussi du tout, parce qu’il a reproduit les tares que ce secrétaire général a engendré.

Devons-nous comprendre par là que la candidature du secrétaire général aux élections ne va rien apporter de bien au football camerounais ?

Je n’ai plus le temps de juger sa candidature. Il faut prendre un peu de hauteur. On parle de la décision du TAS, ses conséquences… Je ne suis pas là pour juger des individus. En tant que camerounais, il est candidat. Il fera sa campagne. Il l’a d’ailleurs fait. Il a montré tout ce qu’il peut. Notre football va mal. Vous pensez, que les personnes qui l’ont mal géré vont le redresser ? Vous pouvez continuer à le penser.

Plusieurs acteurs du football jubilent après la décision du TAS. Est-il temps de se réjouir ?

Je peux comprendre ceux qui jubilent. Ils ont été longtemps frustrés. Le TAS a dit ce que ces personnes disent depuis longtemps. Si on ne les a pas écoutés en interne et que cela soit dit à 7000 kilomètre d’ici, je comprends leur jubilation. Mais celle-ci s’accompagne pour moi de beaucoup de regrets. Comme je l’ai dit, c’était quelque chose d’évident. S’il faut faire 7000 km et passer plusieurs mois pour que les autres nous disent ce que les gens qui ne sont pas spécialistes du droit savent et que nos spécialistes du droit ont décidé d’ignorer. Il ne faut pas oublier, que le Cameroun a des lois et lesquelles prévoient que les litiges sportifs sont réglés en dernier ressort par le Comité national olympique et sportif  du Cameroun (Cnosc), en sa chambre d’arbitrage et de conciliation. Cette chambre a pris la même décision que la Fédération n’a pas voulu écouter et a porté le problème sur le plan international sous prétexte qu’ils étaient soutenus par la Fifa qui perd la face dans cette affaire.

Comme vous êtes très fort pour oublier le lendemain ce qu’on vous a dit la veille, je vous avais dit que le professeur Owona nous avait dit non seulement, que Tombi était son cadeau de mariage, mais que cette histoire d’assemblée de 2013 lui avait été recommandée par la Fifa. Je lui ai reproché à l’époque entre frères et surtout grand-frère, qu’il a eu tort d’écouter la Fifa. Ils ne sont pas plus forts que lui en droit. Il s’agit du droit, il n’a pas besoin de demander leur avis. Il devait faire ce que ses connaissances de droit et son patriotisme lui commandaient de faire.

Vous me permettez d’embrayer sur sa réaction après la décision du TAS: il a dit prendre acte de cette décision, mais   attend les instructions de la Fifa…

Il ne se plie pas à la Fifa. C’est le TAS qui a décidé. Je continue à dire, qu’ils se sont montrés malheureusement fermés à tout ce qu’on peut et pourrait dire du Cameroun. Ils sont tétanisés et attendent l’aval de la Fifa.  J’aurais préféré que des propositions viennent du Cameroun. Il faut se montrer mature. Il est vrai que Zurich est une zone très verte avec beaucoup d’arbres… Ce n’est pas pour ça qu’ils sont plus forts que nous. Tout le monde peut lire des textes, les assimiler et les expliquer. Il n’ya pas de raison qu’on n’ait pas une idée de ce qu’on a à faire. Personnellement, cette histoire qui est allée au Tas donne raison à tous ceux que la Fédération ne voulait pas écouter ainsi qu’à nous, elle est pour moi une perte de dignité. Heureusement qu’après tout on sait au Tas, que l’instance juridictionnelle de dernière instance du Cameroun avait déjà dit le droit.

La décision du TAS peut-être attaquée par la Fifa…

N’écoutez pas ça ! N’écoutez pas. Ce sont des élucubrations. N’écoutez pas. Je vous dis à l’avance que la Fifa n’attaquera rien du tout. Il y a un moment où il faut arrêter la connerie. Vous savez pourquoi la Fifa a institué autant de juridiction avant d’en arriver au Tas ? C’est pour qu’avant d’aller aux tribunaux civiles, il y ait autant de juridictions pour qu’au sortir du foot, on soit convaincu qu’on a dit le droit. Je peux vous assurer que les premières personnes convaincues qu’on a dit le droit, c’est la Fifa.

On peut s’attendre à quoi les jours à venir ?

A rien du tout. Désormais ce qu’a dit le TAS va être mis en application. D’ailleurs, elle n’a pas mais va être mise en application. On va en tirer les conséquences.

Comment va-t-on procéder selon vous pour que la décision du TAS soit bien exécutée : la mise sur pied d’un comité provisoire de gestion ou la reconduction tacite du Comité de normalisation ?

Il ne faut jamais perdre tout espoir. Il y a le Comité de normalisation qui doit pouvoir se ressaisir. Il est patent pour tout le monde, quand vous voyez les missions du Comité de normalisation, on est obligé de constater que c’est un échec. En plus vous avez la coupe du monde et la Can, les jeunes de moins de 17 ans (Can Niger 2015), les différents championnats où on exclut les gens n’importe comment, bref, la gestion courante est calamiteuse, la rédaction des textes est aujourd’hui querellée… L’échec est patent. La gestion quotidienne reste calamiteuse. On est aujourd’hui à la 3ème tentative d’organisation des élections. Je souhaite honnêtement que le Comité de normalisation soit capable de sauver la face, notamment son président et qu’il se ressaisisse, afin qu’au sortir de tout ça on tire les bonnes leçons pour tirer quelque chose qui nous fasse sortir par le haut.

4 Comments

4 Comments

  1. Pingback: Bertrand Mvogo s’insurge contre l’exclusion des joueurs en équipe nationale - Lion Indomptable

  2. Pingback: Joseph Antoine Bell explique les magouilles des matchs arrangés au Cameroun - Lion Indomptable

  3. MABOM JEROME

    14 septembre 2015 at 21 h 28 min

    Je suis l’un des vices Président du RFC(Le Rassemblement des Footballeurs Camerounais)seule Association agréee à la FECAFOOT au détriment du SYNAFOC à la suite d’un appel d’offres dont les conditions déroulées dans l’appel d’offres n’ont pas pu etre remplies par ce SYNAFOC défunte AFC (Association des Footballeurs Du Cameroun)encore que l’Assemblée extraordinaire pour la mort de L’AFC en respect des dispositions des textes de L’AFC n’a jamais siegée.La récente Décision N°226/FCF/PCN/2015 du 11/09/2015 portant reconnaissance provisoire du SYNAFOC et annulation du RFC comme Membre de la FECAFOOT est une esbrouffe et une forfaiture sans précedent dans le processus de l’élection qui peut ou pas avoir lieu le 28/09/2015 à la FECAFOOT ;les raisons les voici
    – Les directives d’associer les corps de metiers aux élections à la FECAFOOT ont étées décriées sur les plateaux d’EQUINOX et autres Télevisions privées par ceux qui veulent nous faire croire que le football doit revenir aux footballeurs
    – SYNDICALISTE de premiere heure avec l’UTC,l’UGTC, Sécrétaire National chargé de la SECU du SYNEBEFCAM ,Responsable à la CNPSC pendant 37 ans! je peux prouver qu’un Sydincat a comme interlocuteurs 1)les équipes qui emploies les joueurs qui adherent audit syndicat
    2)La CAISSE Nationale De Prévoyance Sociale pour s’assurer que les joueurs membre de leur syndicat sont bel et bien immatriculés à la CNPSC et si les Employerus que sont les équipes versent regulierement leurs cotisations à la CNPSC leur permettant d’ avoir de la CNPSC une couverture sociale dans les trois branches qu’elle gère.
    3)Le Ministere du Travail et De La Sécurité Sociale qui est en charge de tous les conflits sans exceptions entre le travailleur footballeur ,son équipe qui l’emploie et son syndicat dont il est membre .
    Le Comité de Normalisation de la FECAFOOT qui réconnait aujourdhui un syndicat meme de façon provisoire est en porte en faux avec la loi qui crée les syndicats dans le Monde pour la simple raison qu’elle est une association affiliée à la CAF et à la FIFA et n’a pas vocation d’employer les joueurs ,pour etre simple que l’on me donne un seul nom de joueur en activité payé par la FECAFOOT alors je serais d’accord que l’AFC dévenue par une alchimie digne de celui qui change la raison sociale qu’elle peut etre membre de la FECAFOOT ,auquel cas tous ceux qui sont à l’origine de cette forfaiture rendront compte à l’histoire un jour
    Ce qui me fait très mal aujourdhui en tant qu’ ancien très bon footballeur c’est que;quelques mauvais footballeurs qui ont pendant bien longtemps occupés des hautes responsabilités à la FECAFOOT et qui ont étés mis à la porte pour des detournement faramineux de l’argent destiné aux footballeurs en activité ou pas n’avaient pas pendant leur reigne penser aux footballeurs ;il y’a plus de quartorze commissions à la FECAFOOT,Le Commissariat des match LPF,FECAFOOT,CAF,Les délegations qui accompagnent les differentes équipes Nationales ,les plateaux techniques etc etc…
    Je plainds ceux qu’on met devant la scène pour nous faire croire que le football va etre aux footballeurs et c’est bien déplorable pour ceux qui y croient car ils seront encore utilisés comme on l’a fait à L’AFC et comme qui dirait; jamais de deux sans trois car en tant que Technitien de Sucurité Sociale ,le SYNAFOC qui en réalité et dans les faits ne doit s’occuper que des joueurs en activité et syndiqués va se muer à autre chose dans trois ou quatre ans à cause des casseroles qu’elle va encore trainées ;les habitudes ayant la peau dure .Le RFC ne se comportera pas comme les casseurs du SYNAFOC, mais nous allons nous plaindre à qui de droit. En attendant l’affaire AFC n’est pas encore fini meme si aujourdhui on vous appele SYNAFOC .Je conseille au CNF d’annuler cette décision qui est à la suite de mon analyse nul et de nul effet .J’ASSUME MES DIRES MABOM JEROME

  4. MABOM JEROME

    14 septembre 2015 at 21 h 42 min

    En 2009 le SYNAFOC n’existait pas ,en quoi est il concerné dans l’application tant demandée de la dite Assemblée? une autre forfaiture electoraliste,les auteurs du coté de la Normalisation et du synafoc rendront compte un jour ,il n y a pas de crime impuni.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Most Popular

To Top