Alain Djeumfa : « Nous aurons notre mot à dire dans cette Coupe du Monde »


Le dernier stage préparatoire à la Coupe du Monde féminine France 2019 en terre camerounaise, a débuté en début de semaine. Logés au Centre de l’Excellence de la Confédération africaine de football à Mbankomo, le sélectionneur Alain Djeumfa et les filles peaufinent les derniers réglages décisifs. Dans une interview exclusive accordée à Lionindomptable dans la tanière à Mbankomo, le patron de l’encadrement technique des Lionnes se montre plutôt confiant. Les conditions semblent réunies pour une aventure réussie en terre française.

Bonjour coach !

Bonjour

Quelle est l’ambiance au sein de la tanière depuis le début de ce stage préparatoire au Mondial 2019 ?

Disons qu’à mon niveau, tout se passe plutôt très bien. Les filles sont arrivées et elles ont commencé le boulot. Entre elles, elles essaient de gérer les comportements qui doivent être sûrement différents et trouver le juste milieu. Je peux vous dire que tout se passe plutôt très bien.

Quels sont les objectifs visés par ce dernier regroupement en terre camerounaise ?

Déjà, sur les plans technico-tactique, c’est la cohésion, c’est les rappels, c’est l’individualisation des entrainements, c’est les stratégies de façon générale. Et déjà sur le plan mental, c’est déjà montrer ce qu’on peut faire à la Coupe du Monde, montrer que c’est un très grand évènement, que tous les camerounais attendent des filles et de façon générale, on travaille le dépassement de soi sur le plan mental.

On le sait, la tanière s’est enrichie de trois nouvelles binationales. Comment jugez-vous leur intégration au sein du groupe ?

Je crois que tout s’est bien passé, les anciennes les ont accueillies, elles se sentent très à l’aise dans le groupe. Je crois qu’à mon niveau, je sens qu’elles se sentent bien parce que tout se passe très bien.

Vous avez eu l’occasion de les observer de près ces derniers jours. Comment appréciez-vous leurs qualités, ainsi que leurs personnalités ?

C’est des joueuses qui ont des qualités. Elles ne sont pas appelées au hasard, elles ont un bon niveau. Maintenant, il faut faire le distinguo avec les autres filles qui jouent aux mêmes postes parce que c’est là où ça va se jouer. C’est une concurrence loyale, chacun va apporter du sien pour qu’on puisse avoir la meilleure équipe compétitive pour la compétition.

Quel est le travail (spécifique) qui devrait meubler ce stage ?

Je vous ai parlé de l’individualisation des entrainements. Chaque fille a ses manquements qu’on va essayer de combler et sur le plan général, c’est mettre le tout pour qu’on puisse avoir un groupe homogène et compétitive qui puisse donner une bonne valeur aux répondants des autres adversaires.

Après cette étape de Yaoundé, votre programme prévoit un dernier stage d’acclimatation en Espagne, qui sera ponctué par un match amical contre ce pays ibérique. Pourquoi le choix de l’Espagne comme sparring-partner ?

Nous partons du Cameroun le 15 mai et 48 heures après, nous avons ce match contre l’Espagne. C’est un bon sparring-partner parce que l’Espagne c’est quand même une nation respectable sur le plan du football féminin. Et l’Espagne aussi, c’est un pays européen. Vous savez, dans notre poule, nous avons un pays européen, à savoir les Pays-Bas.  Donc, le sparring-partner n’a pas été désigné au hasard… Au-delà de cela, nous aurons d’autres matches amicaux et je pense que les adversaires, nous vous les donnerons le moment venu.

Les adversaires du Cameroun dans la phase des poules de cette Coupe du Monde sont connus : Il y a le Canada, la Nouvelle Zélande et les Pays-Bas. Comment trouvez-vous ce groupe ?

Vous savez, c’est un groupe très relevé. Déjà, à la Coupe du Monde, il n’y a pas de petit pays, on ne vient pas à la Coupe du Monde pour apprendre. On vient plutôt prouver. A voir les quatre pays de notre groupe, nous sommes peut-être le petit poucet. Vous savez, le Cameroun c’est le Cameroun. Nous travaillons en conséquence et je peux vous dire que nous aurons notre mot à dire dans cette sous-poule.

En 2015 au Canada, le Cameroun avait réussi à se hisser à l’étape des huitièmes de finale pour sa première participation. Quelle est votre ambition pour cette nouvelle édition ?

Déjà, il faut faire au moins mieux qu’en 2015, sortir des matches de poules et la suite, on verra.

Malgré quelques jeunes talentueuses, vous avez une équipe avec une moyenne d’âge plutôt élevé. L’expérience et les automatismes de ces joueuses sont-ils un atout pour votre équipe ?

La Coupe du Monde, c’est la maturité et il faut aussi faire avec les joueuses qui ont du talent. Je pense que nous avons essayé de prendre en compte tous ces paramètres. Vous voyez, il y a des joueuses qui ont déjà de l’expérience dans le groupe et certaines jeunes qui sont là avec beaucoup de talents. Je crois qu’on va trouver le juste milieu pour pouvoir présenter la meilleure face possible de notre équipe.

Etes-vous satisfait des conditions de préparation de cette sélection, mises à votre disposition par les pouvoirs publics et la fédération ?

Les pouvoirs publics ont tout mis en œuvre pour que nous puissions nous préparer dans de meilleures conditions. Nous sommes ici au Centre de l’Excellence de la CAF, vous voyez comment cela se passe et nous ne pouvons qu’être contents.

Est-ce que ces conditions sont totalement conformes à ce que vous avez sollicité dans le cadre de cette préparation ?

Hormis les quatre joueuses professionnelles qui ne sont pas encore là – ça y va de leurs contrats en club, on ne peut rien, nous ne pouvons que nous retrouver en Espagne – tout se passe bien. On a tout fait pour les avoir un peu plus tôt. Mais malheureusement, il y a les conditionnalités de la FIFA qu’il faut mettre sur pied. Tout se passe plutôt bien.

Après ce stage, trois joueuses quitteront la tanière. Est-ce que la méritocratie et la forme du moment seront les seuls critères de choix pour vous ?

Je crois que vous avez vu la liste des 26 et je dois vous dire qu’il n’y a pas une seule joueuse camerounaise qui est actuellement meilleure que celles qui ont été convoquées. Personne ne pourra lever le doigt pour dire le contraire. Au-delà de l’âge, je crois que ce sont les meilleures, nous ferons avec les meilleures. La liste des 23 va sortir en fonction de celles qui sont les plus en forme en ce moment.

Votre mot de fin !

Juste demander aux camerounais de supporter leur équipe comme ils en ont toujours eu l’habitude. Vous savez, ce sont nos femmes, ce sont nos sœurs, ce sont nos mamans. Elles ont besoin de l’affection de tout le monde. Et puis, tous ensemble, nous devons regarder dans la même direction pour obtenir les résultats que nous souhaitons.

Par la Rédaction

Please follow and like us:

Laissez une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résultats

Cameroun3:0Comores

Classement

Rang PaysPts
1Maroc11pts
2Cameroun11pts
3Malawi5pts
4Comore5pts